New-York dans la tourmente

Christophe Jacrot, photographe du mauvais temps, expose à la galerie de l’Europe une série de clichés surprenants.

Depuis six ans, Christophe Jacrot travaille sur l’espace urbain sous les intempéries, cherchant non pas à montrer l’horreur mais à sublimer l’urbanité de façon picturale et émotionnelle. Ses précédentes expositions sur Honk-Hong, Tokyo et Paris ont eu un véritable succès, c’est donc avec plaisir que nous retrouvons sa nouvelle exposition dans cette petite galerie située rue de Seine dans le sixième arrondissement de Paris.

Lorsque l’ouragan Sandy est annoncé en octobre 2012, l’artiste Christophe Jacrot saute dans un avion à destination de New York. Fasciné par le mauvais temps, il a hâte de photographier un tel phénomène. Cependant, ce n’est qu’en arrivant dans la ville qui ne dort jamais qu’il comprend l’importance du phénomène. Il change alors d’angle de vue : ses clichés ne représenteront pas l’ouragan, mais l’île de Manhattan privée de lumière.

Si la tourmente n’est pas physiquement présente dans les photographies exposées, elle se devine aisément dans ce nouveau Manhattan privé de ses lumières et de son activité habituelle. Sans utiliser une seule lumière artificielle, Christophe Jacrot réussit un exploit photographique, les seuls éclairages venant de phares de voitures, des piétons ou encore du peu d’ensoleillement passant à travers cette masse de nuages. Les jeux d’ombres et de lumières offerts par ces clichés démontrent  la vulnérabilité intrinsèque de cette ville dont les gratte-ciels et l’intense activité nous font croire à sa force immuable.

Ville fantôme, ville déserte, abandonnée, New York paraît bien seule dans cette obscurité. Grandeur et vide font sa fragilité. Christophe Jacrot devient le maître des paradoxes, le metteur en scène de l’absurde tragédie de la vie. Magiques, fabuleux, d’une beauté incroyable, les photographies nous font étonnement rêver, la lumière nous fait croire à un retour dans le passé, ou encore à la redécouverte d’une grande civilisation plusieurs siècles après le nôtre.

Proposés en grand format, les clichés sont tirés en plusieurs exemplaires, voici donc une idée pour habiller un mur de votre appartement. Pour les moins chanceux, le catalogue de l’exposition permettra de rêver de cette ville fantôme sans pour autant devoir choisir une seule œuvre.

New York in black, Christophe Jacrot,

du 04/12/2013 au 11/01/2014

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s