Résister encore et toujours à l’envahisseur !

Le petit village qui résiste « encore et toujours à l’envahisseur » est bien connu des petits comme des grands. La bibliothèque nationale de France a choisi de proposer au public une grande exposition sur ce phénomène qui touche tous les âges dans le monde entier – ou presque – depuis plus de cinquante ans.

Coïncidence ou non, l’ouverture de cette rétrospective gaullienne correspond à quelques semaines près à la parution du trente-cinquième album de la série : Astérix chez les Pictes ! scénarisé par Jean-Yves Ferri et dessiné par Didier Conrad. Uderzo, ayant trouvé ses successeurs, laisse sa place. Nos petits gaulois ont donc un bel avenir devant eux : on espère d’autres aventures ! Cette gigantesque exposition présente plusieurs axes : la jeunesse des deux pères de la série jusqu’à leur rencontre, au choix du personnage gaulois en passant par leurs différentes collaborations et la création de Pilote ; l’univers d’Astérix : les personnages, le village, les romains, les voyages ; puis se penche sur le phénomène, les traductions et produits dérivés, la potion magique, laissant une dernière partie aux hommages des uns et des autres, sans oublier le public de l’exposition. Tout est passé en revue, le parcours est complet, permettant à chacun de s’immerger dans le monde imaginaire d’Uderzo et Goscinny, de mieux comprendre les jeux de mots, le comique du scénario, d’apprécier le graphisme, de mieux saisir la portée universelle et les bouleversements que cette série a apporté dans le monde de la bande dessinée comique.

Cette rétrospective, qui s’adresse à tous les âges, propose des supports divers et variés : planches originales données en 2011 par Uderzo à la BnF ou prêts occasionnés par l’exposition, prêts des tapuscrits des scénarii prêtés par la fille de Goscinny, entretiens avec les pères d’Astérix permettant d’appréhender leur vision des personnages, extraits d’émissions, de films et de dessins animés. On se veut ludique, Astérix fait rire, la rétrospective ne peut se permettre d’être rébarbative, il faut que le publique se sente à l’aise, et rentre chez lui avec l’envie de se replonger dans ces albums.

Exposition agréable, le visiteur comprend ainsi les tenants et aboutissants de la série, les volontaires anachronismes des auteurs prennent tout leur sens, le rôle de chacun dans la bande dessinée comme dans l’imaginaire populaire, le lien avec une certaine vérité historique et le rapport entre le mythe du gaulois et le caractère du français : belliqueux mais rieur. Grâce à une partie sur l’enfance d’Uderzo et Goscinny, on fait un lien direct entre les Disney – notamment Blanche Neige et les sept nains – et les gros nez des personnages, et l’on comprend que la ressemblance entre le couple Astérix/Obélix ne ressemble pas à celui formé par Laurel et Hardie par une unique coïncidence.

Rien n’est laissé au hasard dans cette exposition, comme rien n’est laissé au hasard dans la série, tout est réfléchit, les personnages, les lieux, les voyages et les péripéties. En bref, cette exposition nous replonge avec délice dans cette joyeuse bande dessinée qui a changé radicalement les règles du genre, donnant envie à chacun de redécouvrir les aventures du petit teigneux. Un plaisir à partager jusqu’au 26 janvier 2014, la rétrospective Astérix bénéficiant d’une prolongation exceptionnelle !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s