Sonia Delaunay, une explosion de couleurs

Au Musée d’Art Moderne de Paris se tient actuellement une rétrospective remarquable de Sonia Delaunay rassemblant plus de quatre cents œuvres de cette artiste exceptionnelle qui n’avait pas été honorée, à titre personnel, depuis 1967. En effet, l’artiste est longtemps demeurée l’ombre de son très célèbre mari, Robert Delaunay, qui est d’ailleurs lui-même exposé en ce moment à Beaubourg.

Encore une femme ! Me direz-vous. Cette chronique serait-elle devenue féministe ?

Non ! Rassurez-vous. Mais je n’ai pu résister au plaisir de faire un pied de nez au célèbre Robert Delaunay, et de lui préférer la discrète, mais non moins géniale, Sonia au parcours atypique.

Sonia Stern, née en 1885 dans une famille juive et démunie d’Ukraine, voit son destin bouleversé lorsque son oncle maternel, pétersbourgeois  riche et cultivé, décide de l’adopter.  Elle devient Sonia  Terk et travaille à devenir peintre. Ce désir va l’amener en Allemagne où elle suit les cours des Beaux-Arts puis, à l’âge de vingt ans, pousse jusqu’à Paris, vivier de l’avant garde. Son talent est indéniable et laisse déjà présager qu’elle deviendra une grande artiste.

Pourtant, sa rencontre en 1910 avec Robert  Delaunay va  mettre sa vocation de peintre entre parenthèse mais pas sa créativité. Par nécessité, mais aussi par plaisir, elle va s’exprimer par les arts appliqués qu’elle va élever au même niveau que les arts plastiques. De son enfance russe elle tirera sa passion pour la couleur mais aussi l’expérimentation sur tous les supports et ses tableaux des débuts révéleront l’influence de l’expressionnisme allemand et du fauvisme vu à Paris. Mais c’est surtout les années trente qui marqueront son tournant décisif vers l’abstraction épurée, théorisée par Robert Delaunay et parfaitement assimilée par Sonia.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’exposition met en évidence le cheminement artistique de Sonia Delaunay qui va évoluer au gré des événements personnels mais aussi historiques qui vont ponctuer son existence. Au fil du parcours, on découvre ses liens avec les avant gardes littéraires et artistiques de 1910 jusqu’à sa mort en 1979 et ses relations privilégiées avec les poètes, sources d’inspiration pour elle, sans cesse renouvelées. On apprend également comment, pour faire face aux deux guerres et à la nécessité de subvenir aux besoins de sa famille, elle s’impose de laisser pour un temps sa carrière de peintre (mais pas la peinture) au profit de celle de créatrice de mode ou d’objets d’intérieur et, au vu, de ses œuvres, on se laisse séduire par la diversité et la qualité des créations de cette grande artiste. Les documents photographiques et cinématographiques complètent agréablement les vitrines en nous plongeant délicieusement dans l’Europe des années folles et la créatrice de mode y est largement  mise en valeur.

Mais l’exposition nous immerge également, pour notre plus grand bonheur, au cœur de l’œuvre picturale de cette artiste peintre, inspiratrice et novatrice, dans une explosion de couleurs et de formes. Cette rétrospective est tardivement mais largement méritée et témoigne de la richesse de l’esprit créatif de Sonia Delaunay qui a nourri l’Art Moderne et n’a jamais failli, jusqu’à ses derniers jours. Par cette exposition la preuve est faite, enfin, que Sonia n’est pas qu’une ombre du grand Robert Delaunay comme certains ont pu le croire, mais une artiste dont le grand talent ne peut être contesté.

 

Sonia Delaunay, Les couleurs de l’abstraction

Musée d’Art Moderne de Paris

jusqu’au 22 février 2015

Infos pratiques et tarifs ici

Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s