Whiplash, quel coup de fouet !

Sorti à Noël,le film de Damien Chazelle enflamme toujours les salles de cinéma, et pour cause ! Un véritable chef d’oeuvre !

 

On sort souvent déçus par les films musicaux, ils se ressemblent tous, et le souvenir qu’on en garde n’est guère flatteur, s’estompe même très rapidement de nos mémoires. Mais avec Whiplash, c’est un véritable coup de fouet, une claque qui laisse sans voix à la sortie des salles noires. Pour les musiciens et amateurs de jazz, le choc est encore plus fort. Ce film, qui allie brillamment musique et liens entre les personnes, restera définitivement gravé dans nos mémoires.

 

Comme beaucoup de jeunes de 19 ans, Andrew a un rêve, un grand rêve : devenir LE plus grand batteur de jazz au monde. Mais avant que ce rêve ne puisse se réaliser, il doit se confronter à une dure réalité : la concurrence, la rudesse du travail demandé. Il se fait remarqué par le grand et redouté Terence Fletcher, professeur et chef de l’orchestre de jazz du conservatoire de Manhattan. Pour Andrew, c’est une véritable avancée, mais aussi le début d’un cauchemar : Fletcher le pousse à bout, l’humilie, le fait travailler très dur pour atteindre l’excellence.

 

Les musiciens professionnels ont souvent rencontré des professeur comme Fletcher, ici admirablement incarné par JK Simmons, peut-être moins durs et injustes, mais aussi intraitables quand il s’agit de précision, de tempo ou encore de musicalité. Autant dire que pour eux, le film est presqu’un mirroir de ce qu’ils ont pu connaître pour atteindre le sommet de leur art. Pourtant, Whiplash ne s’adresse pas uniquement à ces professionnels, mais à tout un chacun, à tous ceux qui portent un rêve en eux, parce que chaque rêve nécessite efforts, larmes, sueur, espoir et désespoir, parce que chacun a croisé la route d’un prof sévère et décourageant.

 

Ce film, dont le sujet fait écho à nombre d’événements auxquels chacun d’entre nous peut être confronté, est admirablement ficelé. Dialogues et acteurs parfaits, musique impressionnante, c’est avec une virtuosité sans nom que Damien Chazelle a créé cette ambiance qui nous colle au siège : la salle de répétition devient un ring où Andrew et Fletcher se battent au tempo toujours plus rapide de ce standard de jazz qu’est Whiplash (Hank Levy). La tension monte toujours plus haut, emportant les spectateurs dans ce rêve, comme si on y était : la flaque aux pieds du trompettiste (c’est de la salive qui coule dans les tuyaux de l’instrument), les ampoules sur les mains d’Andrew (par contre, même en connaissant pas mal de musiciens professionnels et en ayant vus s’entrainer quand ils visaient cette place, jamais je n’ai vu de mains en sang), tout est rendu exceptionnellement réel.

Quant aux acteurs, leur jeu est parfait. Andrew est interprété par Miles Teller, qui parvient bien à montrer le changement de caractère de son personnage, d’abord timide puis de plus en plus ambitieux, intrépide parfois, découragé par moments, et pour nous légèrement insupportable. JK Simmons se révèle, son heure est enfin arrivée, il fait un professeur Fletcher délicieusement cruel et sadique, on l’a vu dans de nombreux films et de nombreuses séries auparavant, mais jamais il n’avait atteint cette perfection d’interprétation.

 

Si on n’aime pas le jazz, on peut se dire que ce film n’est pas fait pour nous, c’est vrai que la musique y est omniprésente, mais chaque dialogue, chaque élément du film a un intérêt, et une question de fond se dégage au fur et à mesure du film : est-ce que cela en vaut la peine ? Chacun aura un avis différent sur la question, mais Whiplash montre que la réponse n’est pas si simple …

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s